IMAGatmosphere

Intéressante réflexion d' Emery Doligé sur l'immédiateté météorologique des réseaux sociaux:

"Une actualité en chasse une autre. C'est terrible quand on y pense le rafraichissement d'une timeline sur Twitter ou sur Facebook. Et le mélange est dingue : lol cat, info sérieuse, info personnelle, vidéo légère, fille à poil ou homme nu, etc... chaque donnée écrase la précédente. Qu'est-ce que cela construit ?

 La succession d'immédiateté. Évidemment, c'est la dictature de l'immédiateté ou plus exactement, la dictature du présent. Et c'est là qu'on oublie l'essentiel : le présent est le passé en construction. Etre dans l'immédiateté est-ce nier l'Histoire?

 Quand je lâche un tweet, j'écris. Je laisse à disposition de tous un message qu'un autre viendra écraser. Cet autre viendra de moi ou d'un autre. Et mon message disparaitra. En fait non, il restera sauf qu'il sera oublié. Oublié. C'est là où est la perversion des réseaux sociaux. On oublie. Alors si le droit à l'oubli est une demande technique de ceux qui n'ont rien compris au net, il y a une évidence qu'il est bon de rappeler : sur les réseaux sociaux on se mobilise par stimuli. Comme dans la publicité. Et puis on passe à autre chose... un autre mort, une autre fermeture, c'est une météo qui passe.

 Il reste quoi au fond ? Qui se souvient de la météo de la semaine dernière, un jour exactement ? On se souvient d'une ambiance encore un peu. Comme la météo, les faits sont égrainés comme un chapelet sans fin...

 Et le pire : ils ne changent en rien notre vie de tous les jours alors qu'ils bouleversent, un temps, les réseaux sociaux. N'avons-nous pas oublié un truc là ?"

Source extrait: Steve Jobs, SOPA, MegaUpload... les perversions des réseaux sociaux.
http://mry.blogs.com/les_instants_emery/2012/01/steve-jobs-sopa-megaupload-les-perversions-des-r%C3%A9seaux-sociaux.html#more

Image: L’atmosphere: météorologie populaire, Paris 1888, Camille Flammarion.